Actualités de La plateforme AGIR DURABLE


Recyclage et Ré-insertion (07/12/2009)

Logo La Vie
Logo La Vie

LA BONNE ASSOCIATION
Il fait une chaleur écrasante ce jour-là à Auch, chef-lieu du Gers. À la sortie de cette petite ville aux allures médiévales, sur une route de campagne, un grand, chantier s'étend, comme surgi de nulle part. Des tonnes de déchets électroniques entassés forment de hauts monticules. La scène est futuriste. Là, sous le soleil, plusieurs hommes s'agitent. Bienvenue chez AG2I, Atelier Gersois d'Insertion et d'Innovation. Cette association, née en 1998 à l'initiative de Christophe Loizon, ancien chômeur, est devenue incontournable pour les entreprises de la région qui ne savent que faire de leurs déchets électroniques. Frigos, écrans, télés, machines à laver, four à micro-ondes, ordinateurs... Ici, on collecte, on regroupe, on démantèle, on trie et on dépollue. Chaque mois, ce sont 130 tonnes de matériel qui sont ainsi prises en charge.


Les enjeux écologiques et économiques sont de taille :
« Il y a encore quelques années, tout était enfoui, sans distinction », explique Christophe Loizon, le directeur d'AG2I, un grand gaillard aux yeux bleus.
Aujourd'hui, les déchets électriques sont tenus d'être triés et dépollués. Et comme on consomme de plus en plus de produits électroménagers et d'ordinateurs, il y a du boulot ! » Et c'est tant mieux. Car Auch n'est pas franchement un bassin d'emploi. Les jeunes partent travailler à Toulouse ou à Bordeaux et ceux qui restent sont bien désœuvrés. L'association emploie donc des publics fragilisés afin de les ramener vers l'emploi: RMistes, handicapés, jeunes sortis de foyer ou de prison. L'association s'organise en plusieurs pôles d'activité qui permettent de se réadapter progressivement au monde du travail.

Premier pôle: l'atelier de remobilisation.
Il se tient une fois par semaine, pendant six mois. Il permet aux personnes de recréer des liens sociaux, de se former aux outils informatiques et, pour certains, de commencer à élaborer un parcours professionnel. Deuxième pôle : les chantiers d'insertion. Ils consistent à recycler les déchets électroniques ou à rénover des ordinateurs hors-service qui, une fois retapés, sont mis à la disposition de publics en difficulté. Dernier volet de l'association : l'entreprise d'insertion, réservée aux jeunes diplômés qui ne trouvent pas de premier emploi. Celle-ci est spécialisée dans la conception de produits multimédias : sites internet, logiciels, CD-Rom pédagogiques. Dans tous les cas, le but est le même : croire à nouveau en la possibilité de travailler. « C'est ce que l'on appelle "l'insertion par l'activité économique ", rappelle Christophe Loizon. Nous fournissons une formation, un emploi rémunéré et un suivi social à nos employés. En échange, nous attendons d'eux qu'ils soient au rendez-vous. Nous sommes une entreprise ! »

Hadi, le conseiller emploi d'AG2I, confirme:
« Je suis ici pour les aider. J'essaie de les motiver. Mais nous avons un contrat. S'ils ne jouent pas le jeu, s'ils sont trop souvent absents, je ne peux plus rien faire.»
Certains ne tiennent pas le coup, malgré les efforts de Hadi et de ses collègues. Mais la plupart restent, ravis de travailler. AG2I compte aujourd'hui 26 employés.
Daniel, 60 ans, ancien légionnaire et ex-compagnon d'Emmaüs, est arrivé en février dernier. « Je m'occupe plutôt du transport des déchets, pour le plaisir de conduire. Je ne supporte pas de ne pas travailler. Ici, parfois, je me fais presque engueuler parce que j'en fais trop ! », s'amuse-t-il.
Jean-Louis, 38 ans, est quant à lui en CDI au sein de l'entreprise d'insertion. Il développe des logiciels de gestion pour les administrations : « Grâce à AG2I j'ai appris un métier. Et je travaille avec une bonne équipe».
Max est le plus ancien. Il travaille à l'association depuis quatre ans. « À cause d'un handicap physique, je suis resté quatre ans au chômage. Ici, je suis à un poste qui me permet de me ménager. Le tri est un créneau porteur, assure-t-il. J'espère que cela me servira, car, malheureusement, il faudra bien partir » ...
Comme le rappelle Max, le but d'une entreprise d'insertion est de permettre aux employés de retrouver du travail, ailleurs ... « Mais j'ai le bagage nécessaire, désormais », conclut-il.

TEXTE : Sarah Gandillot


Documents

  1. Logo La Vie
    Envoyé le 14/12/2012. Consulté 203 fois.
  2. ILLUSTRATION : Frédéric Bénagliat
    Envoyé le 14/12/2012. Consulté 205 fois.

Catégories : Aucune


Retour à la liste des articles

haut de page